Livre « Secteur Sauvegardé de Semur. Le Monde d’Hier, Souvenirs d’un Semurois »

L’ouvrage de Pierre PINON, architecte et historien, « Secteur Sauvegardé de Semur. Le Monde d’Hier, Souvenirs d’un Semurois », sera publié aux Éditions A-DUCHÊNE, avec une préface de Bernard FRANJOU, architecte voyer général honoraire de la Ville de Paris.

L’ouvrage sera accompagné d’un complément de Bernard FRANJOU qui paraîtra en même temps aux Éditions A-DUCHÊNE : « Mémoire vivante dans les rues de Semur ».

Pendant plusieurs années, Michel Duchêne et Bernard Franjou ont collaboré avec Pierre Pinon sur son manuscrit et sur l’iconographie dans le cadre de son étude sur le Secteur Sauvegardé de Semur-en-Auxois.

Grâce à cette étude, la ville de Semur-en-Auxois bénéficie de l’appellation secteur sauvegardé.

Une souscription sera diffusée aux habitants de Semur-en-Auxois ainsi que dans une large diffusion nationale.

Éditions A-DUCHÊNE

Semur-en-Auxois, peinture à l’huile sur toile de Étienne Bouhot (1780-1862) © photo Michel Duchêne.

Portrait des Duchêne dans P.A.J.

Un portrait d’Henri et d’Achille Duchêne dans P.A.J. patrimoine architecture jardins, le magazine digital du patrimoine, par Delphine Duchêne.

Grâce à leur puissante sensibilité esthétique et à une clientèle acquise à leur cause, les architectes-paysagistes Henri et Achille Duchêne ont remis au goût du jour les jardins du Grand Siècle jusqu’à les faire entrer, paradoxalement, dans la modernité.

Lire la suite www.paj-mag.fr/2021/01/15/henri-et-achille-duchene-heritiers-et-reinventeurs/

Article dans « Les Amis du Louvre »

Le Nôtre après Le Nôtre par Emmanuelle Héran, paru dans « Les Amis du Louvre », bulletin de la Société des Amis du Louvre, mars 2021.
www.amisdulouvre.fr/publications/bulletin-trimestriel-2eme-trimestre-2021

Extrait : Pour clôturer notre série sur les Tuileries et l’art des jardins, à l’occasion de la campagne Tous Mécènes ! des Tuileries, Emmanuelle Héran revient sur l’histoire de la redécouverte des jardins à la française au début du XXe siècle, illustrée par le style français des paysagistes Henri et Achille Duchêne.

Livre « Adolphe Alphand et la construction du paysage de Paris »

par Chiara Santini, Éditions Hermann, Paris (janvier 2021)
350 pages – format broché

Cet ouvrage retrace pour la première fois dans toute son étendue l’œuvre paysagère de l’ingénieur Adolphe Alphand (1817-1891), l’une des personnalités les plus importantes, et les moins connues, de l’urbanisme parisien de la seconde moitié du XIXe  siècle.

Proche collaborateur du préfet Haussmann, et son héritier à la tête des travaux d’aménagement de la capitale, pendant presque quarante ans Alphand a dirigé la création du réseau des « espaces verdoyants » de Paris, c’est-à-dire de ce réseau de squares, jardins et promenades plantées qui, devenu un modèle de référence dans le monde entier,  continue aujourd’hui à marquer l’espace public de la capitale, son imaginaire et ses usages.

Plusieurs passages sont consacrés à la carrière et l’œuvre parisienne de Joseph Laforcade, ainsi qu’aux années que Henri Duchêne a passé au service de l’administration de la capitale.

Article « La restauration du salon de Madame, un chef-d’œuvre de l’art du treillage »

Par Lucien Jedwab dans Le Monde/Blog Côté cour(s), côté jardin(s),
17 octobre 2020.

Lire l’article

Extrait :

Le « salon de Madame », l’exceptionnel treillage de jardin du château de Champs, en Seine-et-Marne, vient d’être entièrement restauré, avec son décor végétal, ses bustes représentant les Quatre Saisons et son mobilier. Il avait été conçu au début du XXe siècle, à l’époque du renouveau de l’art des jardins dits « à la française », pour Louise, l’épouse du banquier Louis Cahen d’Anvers, par le paysagiste Achille Duchêne (1866-1947). Ce dernier venait, à la suite de son père Henri, de redessiner le parc selon le goût des nouveaux propriétaires du domaine, acquis en 1895. Déjà, un parc à l’anglaise avait remplacé au XIXe siècle les jardins réguliers de la princesse de Conti, dessinés par Claude Desgots, un parent… et élève d’André Le Nôtre, le « jardinier » de Vaux-le-Vicomte, de Chantilly et de Versailles.

Cette restauration exemplaire, menée sous la responsabilité du maître menuisier Jean-Marc Darde, fait suite à une longue période de détérioration due à l’exposition aux intempéries et à la fragilité de l’imposant treillage. L’ architecture de celui-ci, faite de croisillons de bois de châtaigner dont la peinture avait passé, menaçait de s’effondrer.
(…).

Treillage du Salon Madame, photo Achille Duchêne, 1910, Champs. © Association Henri et Achille Duchêne, Fonds Duchêne.

Visite du parc Calouste Gulbenkian avec l’émission « Silence, ça pousse ! »

France 5, émission du 3 avril 2020.

C’est en 1937, lors de l’un de ses séjours à Deauville que Calouste Gulbenkian (1869-1955) fait l’acquisition du Domaine des Enclos, alors un hôtel entouré d’un vaste parc. Il va réaliser là le jardin de ses rêves et en confie la réalisation à l’architecte-paysagiste Achille Duchêne. Pensé pour méditer et se ressourcer, le parc est doté d’essences rares et offre un ensemble de grande harmonie et de belles perspectives, à la fois sur la campagne normande et sur la mer.  Il est situé sur les hauteurs de Benerville-sur-Mer dans le Calvados.

Calouste Gulbenkian

Article sur l’exposition « Versailles Revival »

Par Lucien Jedwab dans Le Monde du 20 février 2020.
Lire l’article en ligne

Extrait :

L’ exposition « Versailles Revival », qui se tient dans les salles d’Afrique et de Crimée du château jusqu’au 15 mars, raconte, reconstitutions, tableaux et documents à l’appui, la renaissance du domaine après un long sommeil, dès le second Empire jusqu’au cap symbolique du premier million de visiteurs en 1937, l’année de l’Exposition universelle.
Entre-temps, la République y aura installé ses Assemblées, qui y siègent encore aujourd’hui réunies en Congrès.

Une des sections de « Versailles Revival » rappelle par ailleurs l’engouement pour les jardins de Versailles apparu à la « Belle Epoque » – et qui n’a cessé de croître depuis. Et met en scène des écrivains comme le dandy Robert de Montesquiou, Marcel Proust ou Maurice Barrès, qu’inspirait la saison automnale dans les bosquets et les allées du parc.
(…)
Talentueux représentant de la « renaissance du jardin français » avant 1914, le paysagiste Achille Duchêne (1866-1947), continuateur du travail de son père Henri, s’attacha, lui, à restaurer ou à créer pour une clientèle fortunée des jardins dans la lignée de Le Nôtre.
Vaux-le-Vicomte avec ses parterres, Champs-sur-Marne ou Condé-sur-Iton avec leurs treillages remirent au goût du jour le jardin régulier inspiré de Versailles. Ce modèle, Achille Duchêne l’exportera outre-Manche, à Blenheim, pour la propriété du duc de Marlborough, avant de dessiner, après la première guerre mondiale et la crise de 1929, des projets à visées sociales mais toujours puisés aux sources du classicisme.
Des spectacles pyrotechniques dans le style des fêtes données à Versailles pour Louis XIV et ses invités firent partie de ses projets, dont ceux réalisés pour l’Exposition universelle de 1937, avec la mise en lumière de la tour Eiffel.
(…).

Exposition et catalogue « Des jardins & des livres »

Le livre d’Achille Duchêne « Les Jardins de l’Avenir, Hier, Aujourd’hui, Demain » (1935) compte parmi les ouvrages présentés dans cette magnifique exposition à la Fondation Martin Bodmer (Cologny-Genève).

Exposition « Des jardins & des livres », du 28 avril 2018 au 9 septembre 2018. Commissaire d’exposition Michael Jakob.

Catalogue « Des jardins & des livres », 2018, Éditions MétiPress et Fondation Martin Bodmer, sous la direction de Michael Jakob, 464 pages, notice sur « Les Jardins de l’Avenir, Hier, Aujourd’hui, Demain » par Stéphanie de Courtois, pages 420-421.

« Des jardins & des livres », ouverte du 28 avril 2018 au 9 septembre 2018, rassemble dans une perspective historique, les écrits majeurs consacrés aux jardins. Les cent cinquante ouvrages exceptionnels présentés, provenant des meilleures bibliothèques publiques ou privées, reflètent les différents genres (épopée, poésie, prose, théories scientifiques, traités de jardinage) dans la diversité des époques et des traditions nationales. Tantôt les jardins évoqués ont existé, tantôt ils représentent des projets, des rêves ou des fantasmes.
Lire la suite

catalogue Des jardins et des livres, fondation Martin Bodmer
Film de l’exposition « Des jardins & des livres », Fondation Martin Bodmer