Instagram

Dessins, gravures, photographies anciennes et contemporaines, portraits, publications… découvrez nos archives en suivant notre compte Instagram.

La couverture du livre « L’ART DU TREILLAGE », © Éditions Spiralinthe, 2006. Photographie de David Bordes, 2006. « Le Bosquet d’Encelade, la promenade sous le couvert de la galerie de treillage oppose la transparence de la trame ouverte vers sur le ciel et sur l’espace central, à l’opacité de la lisère de charmilles venant ceinturer la salle de verdure. Le décor du bosquet vient assembler le vrai du faux, végétal et bâti, formes naturelles et formes architecturées mais aussi matériaux nobles et matériaux rustiques dans une composition d’une fantaisie toute théâtrale. Pierre-André LABLAUDE. Fonds Duchêne. © Association Henri et Achille Duchêne.
#pierreandrelablaude #bosquetdelencelade #chateaudeversailles
...

«  Enchâssée en clairière au cœur du boisement, la salle de verdure s’organise en une série concentrique de motifs variés : berceau de treillages et ses pavillons, topiaires et plantes grimpantes, fontaines de rocailles, allées sablées et banquettes de gazon s’étageant en descente vers le bassin central ».
« Le contraste entre la violence du drame mythologique qui se joue au centre du bosquet et de sérénité paisibles de sa galerie périphérique de treillages, sagement axés sur son allée d’accès, illustre ici parfaitement la double dimension, à la fois baroque et classique, du travail d’André Le Nôtre ».
Pierre-André LABLAUDE.
© Éditions Spiralinthe, «  L’Art du Treillage », septembre 2006.
© Photographie David Bordes, 2006.
#pierreandrelablaude #bosquetdelencelade #chateaudeversailles
...

« Le contraste entre la violence du drame mythologique qui se joue au centre du bosquet et de sérénité paisibles de sa galerie périphérique de treillages, sagement axés sur son allée d’accès, illustre ici parfaitement la double dimension, à la fois baroque et classique, du travail d’André Le Nôtre ».
Pierre-André LABLAUDE.
© Éditions Spiralinthe, «  L’Art du Treillage », septembre 2006.
© Photographie David Bordes, 2006.
#pierreandrelablaude #bosquetdelencelade #chateaudeversailles
...

«  Les finitions du chantier n’ont pu échapper à l’inévitable interrogation sur la couleur à donner aux treillages. Rompant délibérément avec les bleus tardifs hérités du XIX ème siècle, si ce n’est du XX ème siècle, le choix s’est naturellement porté vers un retour à ce vert mimétique, couleur de feuillage, accrochant avec gaieté le scintillement des rayons de soleil à travers la végétation, que nous montrent de manière unanime les vues anciennes de Versailles, d’ailleurs corroborées par plusieurs traités techniques de l’époque ».
«  Cette génération tardive d’une teinte bleue peut-être attribuée à la transformation progressive, chimique et chromatique, des verts de gris ou sulfates de cuivre autrefois fréquemment utilisés comme pigments dans les peintures de treillages, compte tenu de leur effet fongicide favorisant la conservation du bois (et que l’on retrouve par exemple comme composants de base de la «  bouillie bordelaise »encore aujourd’hui utilisée, dans le même but en viticulture). Le peintre travaillant « en accords » sur un treillage existant se trouve donc amené à devoir assortir sa teinte de peinture neuve au ton déjà «  viré » des peintures anciennes conservées, instaurant ainsi, réflexion après réfection, une inévitable dérive du vert vers le bleu ».
Pierre-André LABLAUDE.
© Éditions Spiralinthe, «  L’Art du Treillage », septembre 2006. © Photographie David Bordes, 2006.
#pierreandrelablaude #bosquetdelencelade #chateaudeversailles
...

« Si un seul en éprouvait à nouveau le frison, alors ce travail n’aurait pas été inutile, alors ce travail n’aurait pas été inutile ». Pierre-André LABLAUDE.
« Créé 1675 par Le Brun et Le Nôtre en partie basse des jardins et prenant la forme d’une vaste clairière octogonale échancrée au cœur du boisement, le Bosquet d’Encelade en présente certainement, en matière de treillages, l’exemple le plus accompli. Ses accès se limitent à deux allées intérieures, coudées en chicanes afin de ménager au visiteur l’effet de surprise et, contrastant avec la rigueur répétitive des palissades végétales extérieures, l’émerveillement soudain devant tant de richesses et de raffinement ». Pierre-André LABLAUDE.
Photographie du détail de la galerie intérieure et d’un pavillon. Les travaux seront achevés en 1997.
© Éditions Spiralinthe, «  L’Art du Treillage », septembre 2006. Fonds Duchêne. © Association Henri et Achille Duchêne.
#pierreandrelablaude #chateaudeversailles #bosquetdelencelade
...

Vue générale du chantier avec le début de montage des architectures de treillage : corniches, pilastres, arcs et voûte à caissons, pour la restauration du Bosquet d’Encelade à Versailles.
Architectures de treillage en cours de montage. Mise en place de l’allée haute contiguë à la galerie de Treillage et de son décor de topiaires. Construction de la galerie de Treillage et restitution des décors du bassin. Mises en œuvre d’une nouvelle fontaine de rocailles. Vue intérieure de la galerie de Treillage et d’une niche hémi-circulaire. Par le Maître d’œuvre, l’architecte en chef du Parc de Versailles, inspecteur Général des Monuments Historiques, Pierre-André LABLAUDE. © Éditions Spiralinthe
«l’Art du treillage », septembre 2006. Fonds Duchêne. © Association Henri et Achille Duchêne.
#pierreandrelablaude #chateaudeversailles
...

Le Bosquet d’Encelade à Versailles, gravure vers 1700. Il s’agit en l’occurrence de Jean Colinot ( ou Collinot), jardinier du roi, pécialiste dans la confection des treillages, actif à Versailles à partir de 1668, également auteur des treillages du « Labyrinthe », en charge de l’entretien de l’ensemble du « Petit Parc » à partir de 1672 et mort en 1681.
« Achevée en 1997 par une restauration dans le cadre d’un projet global visant au rétablissement complet, dans toutes ses composantes, du Bosquet dans l’état qui fut le sien de 1675 à 1709, cette réalisation pose évidement, en terme de déontologie de la restauration, la question de la justification même du principe de restitution. Il nous est toutefois apparu qu’il ne nous était pas permis, au nom d’une interprétation intégriste de la notion d’authenticité, de priver nos contemporains de la perception réelle, physique, sensuel, au fil des saisons et dans l’espace concret du jardin, des qualités décoratives, spatiales et émotionnelles d’une telle œuvre d’art conçu il y plus de trois siècles, et ceci sous le seul prétexte qu’elle n’aurait pu survivre intégralement dans ses matériaux.
Tout comme d’autres arts de l’éphémère - le théâtre, la musique - et qui ne peuvent donc s’exprimer et franchir les siècles que par la voix d’interprètes successifs, l’art du treillage demeure une discipline dont, à l’instar de ces temples de bois japonais reconstruits à l’identique tous les siècles, l’authenticité de la forme ne peut que par un renouvellement, continu ou occasionnel de la matière. La question essentielle est bien alors de l’exactitude, de la fédélité de la réplique à l’original, de sa stricte conformité à l’œuvre disparue ».
Pierre-André LABLAUDE, architecte en chef du Parc de Versailles, Inspecteur Général des Monuments Historiques. © Éditions Spiralinthe, « L’Art du Treillage », septembre 2006. Fonds Duchêne. © Association Henri et Achille Duchêne.
#pierreandrelablaude #bosquetencelade #chateaudeversailles #treillagecollection
...

Vue générale du chantier avec le début de montage des architectures de treillage : corniches, pilastres, arcs et voûte à caissons, pour la restauration du Bosquet d’Encelade à Versailles.
Architectures de treillage en cours de montage. Mise en place de l’allée haute contiguë à la galerie de Treillage et de son décor de topiaires. Construction de la galerie de Treillage et restitution des décors du bassin. Mises en œuvre d’une nouvelle fontaine de rocailles. Vue intérieure de la galerie de Treillage et d’une niche hémi-circulaire. Par le Maître d’œuvre, l’architecte en chef du Parc de Versailles, inspecteur Général des Monuments Historiques, Pierre-André LABLAUDE. © Éditions Spiralinthe
«l’Art du treillage », septembre 2006. Fonds Duchêne. © Association Henri et Achille Duchêne.
#pierreandrelablaude #chateaudeversailles
...

Treillage de La Muette, à Paris. Garde-vue en treillage pour fond de jardin à la française, premier projet réalisé par l’architecte M. Farges Photographie de 1927. Fonds Duchêne © Association Henri et Achille Duchêne. ...

Le treillage du « Salon Madame », créé par Achille Duchêne, est considéré comme l’un des plus élégants d’Europe au château de champs-sur-Marne. Photographie de 1910, d’Achille Duchêne depuis une plaque de verre.
Fonds Duchêne. © Association Henri et Achille Duchêne.
#achilleduchêne #chateaudechampssurmarne
...