Article « Le paysagiste Achille Duchêne et l’Exposition internationale de 1937 »

Par Lucien Jedwab dans Le Monde/Blog Côté cour(s), côté jardin(s),
20 mars 2018.
Lire l’article

Extrait :

Evénement exceptionnel, avec ses enjeux économiques, politiques et diplomatiques, la dernière grande Exposition organisée en France eut pour maître de cérémonie le paysagiste Achille Duchêne.

L’Exposition internationale de 1937 consacrée aux « arts et techniques dans la vie moderne », qui accueillit en son temps… 31 millions de visiteurs, fait aujourd’hui elle-même l’objet, jusqu’au 12 mai, d’une (plus modeste) exposition à la bibliothèque universitaire de Saint-Quentin-en-Yvelines.

La figure centrale en est Achille Duchêne (1866-1947), un paysagiste à la notoriété alors bien établie. Celui-ci avait pris la succession de son père, Henri Duchêne, après lui avoir été associé. Il avait dessiné et créé, restauré ou réinventé des centaines de jardins de l’aristocratie et de la grande bourgeoisie – dont une grande partie ont pu être préservés jusqu’à aujourd’hui. Parmi ceux-ci, Vaux-le-Vicomte, Champs-sur-Marne ou Breteuil. Mais aussi Condé-sur-Iton, Courances, Voisins, Royaumont, Blenheim, en Angleterre, ou les jardins de l’hôtel de Matignon.

Achille Duchêne fut sollicité en 1937 pour être « maître de cérémonie et grand initiateur des fêtes somptueuses données à cette exceptionnelle occasion », nous rappelle son arrière-petit-fils, Michel Duchêne, qui a prêté de nombreux objets et documents pour l’exposition. Achille Duchêne s’acquitta de sa tâche avec talent, dans le contexte de tensions sociales et diplomatiques de l’époque. Colossal, le chantier de l’Exposition avait pour épicentre le nouveau palais de Chaillot, avec les jardins (dessinés par Achille Duchêne), l’aquarium, les bassins et les fontaines du Trocadéro.
(…)

construction_trocadero_article_expo37
Prise par Achille Duchêne, la photographie montre le palais du Trocadéro en construction et, à l’arrière-plan, la tour Eiffel et la statue colossale du pavillon soviétique. © MICHEL DUCHÊNE.

L’Exposition Internationale de 1937 : photographies et objets insolites

Bibliothèque universitaire de Saint-Quentin-en-Yvelines, exposition du 12 mars au 12 mai 2018.

L’ « Expo 1937 » qui s’est tenue à Paris, du 25 mai au 25 novembre 1937 a accueilli 45 pays participants et a rencontré auprès du public un succès grandiose avec plus de 31 millions de visiteurs.

Achille Duchêne (1846-1947) architecte-paysagiste de renom à la carrière florissante, acteur et spectateur de l’Exposition, observe et photographie depuis la fenêtre de son appartement des quais de la Seine, dans le XVIe arrondissement à Paris, donc aux premières loges, le gigantesque chantier de l’Exposition.

C’est à travers une série de clichés iconographiques réalisés par cet observateur privilégié et d’objets inédits dont le livre d’honneur de l’Exposition, conservés précieusement par son arrière-petit-fils, Michel Duchêne, que Pascal Guillot, historien et enseignant à l’UVSQ, Georges Vayrou, historien du droit, et Armelle Rigaud, porteuse de ce projet pour la Bibliothèque universitaire de Saint-Quentin-en-Yvelines, ont choisi de s’appuyer afin de mettre en perspective cette Exposition « utopique ».

www.bib.uvsq.fr/exposition-lexposition-internationale-de-1937-a-paris-photos-et-objets-insolites

Reportage sur l’exposition par tv78 la chaîne des Yvelines

Cahiers d’histoire revue d’histoire critique. Dossier « Exposition internationale de 1937, politique et culture au temps du Front populaire », n°135, 2017.
Article « Deux regards sur l’Expo 37 » par Georges Vayrou.

Article « Les paysagistes Duchêne dans le sillon de Le Nôtre »

Un article de Daniel Lejeune dans le magazine Jardins de France, juillet-août 2013, #624.

Sans la famille Duchêne, Le Nôtre ne connaitrait peut-être pas sa gloire d’aujourd’hui. Henri et son fils Achille ont permis de retrouver le fameux style de jardins « réguliers » après une époque où ce genre était rejeté en faveur de scènes paysagères et de symboles philosophiques. A l’origine de la renaissance du parc de Vaux-le-Vicomte, les Duchêne sont acteurs de bien d’autres résurrections.

Lire la suite : www.jardinsdefrance.org/les-paysagistes-duchene-dans-le-sillon-de-le-notre/

Les jardins de Vaux-le-Vicomte, un exemple de réhabilitation par les Duchêne © Vaux-le-Vicomte.

Le jardin et ses images

6e Cahier du Conseil national des parcs et jardins .
Journée d’étude organisée dans le cadre des Rendez-vous aux jardins 2012 par la Direction générale des patrimoines et le Conseil national des parcs et jardins, 8 février 2012.

Consulter le PDF

SOMMAIRE

Discours d’ouverture p. 3
Frédéric Mitterrand, Ministre de la culture et de la communication

Le jardin dans la peinture : du jardin du prince au jardin du peintre p. 7
Delphine Campagnolle, attachée de conservation du patrimoine

Du jardin aux arts décoratifs : les parcs et jardins source d’inspiration aux XVIIIe et XIXe siècles p. 18
Marie-Noël de Gary, conservateur général honoraire au musée des Arts décoratifs et au musée Nissim de Camondo

Le jardin dans la musique et la littérature p. 28
Pierre Brunel, professeur honoraire à La Sorbonne

Les ateliers pédagogiques dans les jardins de Villandry : vivre l’expérience du jardin
Émilie Dagneaud, guide conférencière au jardin et château de Villandry p. 43

La petite histoire des jardins du monde : une expérience pédagogique par et pour des enfants de Coursac en Dordogne p. 46
Emmanuelle Garcia, éditrice, présidente des éditions Mama Josefa

L’image une source fiable ? p. 48
Marie-Eugène Héraud, architecte dplg, maître d’oeuvre de jardins historiques

Photographier les jardins : le parc de Méréville p. 56
Jacqueline Salmon, photographe,

Photographier les jardins : du potager à la cuisine p. 58
Christian Hochet, reporter photographe

Photographier les jardins : le point de vue du juriste p. 59
Jean-Baptiste Schroeder, avocat à la Cour

Où M. Schroeder parle notamment du jugement portant sur les broderies du jardin de Vaux-le-Vicomte.

Sur l’ouvrage « L’art du treillage »

« Magnifiques quand ils sont biens placés en rehaussant la beauté naturelle des jardins ». C’est ainsi qu’Antoine-Joseph Dézallier d’Argenville définissait les treillages. Il est vrai que ces éléments contribuent beaucoup au décor d’un jardin. 

Lire la suite sur www.conservatoire-jardins-paysages.com, le site de l’association « Conservatoire des Jardins et Paysages ».

L’art du treillage, 2006
Auteurs Pierre-André Lablaude et Jean-Pierre Van Reyndorp
Éd. Spiralinthe. Prix de la Demeure Historique.

Treillage_livre_couverture

Un Duchêne sinon deux…

Un article sur l’exposition « Fabuleux jardin le style Duchêne » au Trianon de Bagatelle, par Stéphanie Magalhaes, mars 2002.

Lire l’article : www.artaujourdhui.info/

Le Tremblay, Château du Tremblay, 1920, Achille Duchêne © Association Henri & Achille Duchêne, Fonds Duchêne.

Extrait :
Le Trianon de Bagatelle propose un parcours dans l’univers paysager des Duchêne. Entre Courances et Blenheim Palace, l’œuvre des paysagistes trouve enfin une reconnaissance à la hauteur de leur génie.

Paysagistes de père en fils, Henri (1841-1902) et Achille (1866-1947) Duchêne occupent une place majeure dans l’histoire des jardins de la fin du 19e siècle à la première moitié du 20e siècle. «Les Duchêne se sont appuyés sur un vaste héritage pour composer et inventer un style nouveau. Cette exposition a pour but de faire redécouvrir l’œuvre d’artistes tombés dans l’oubli après une notoriété nationale et internationale de presque un siècle. Après Bagatelle, les pièces partiront certainement à New York et pourquoi pas en Allemagne et au Royaume-Unis» explique Michel Duchêne, arrière petit-fils d’Achille et président de l’association Henri et Achille Duchêne.

L’exposition présente des œuvres inédites du fonds Duchêne : photographies, dessins, plans et objets personnels. Fervents utilisateurs de la chambre noire, les paysagistes occupent une grande part de leur temps à photographier leurs créations. Des parterres du cloître de l’abbaye de Royaumont (1910) à la Terrasse de Bourlémont (1931), les clichés, couleur sépia, insistent sur les finitions et l’harmonie des ensembles. Du simple vase aux sculptures, le jardin selon Duchêne est un tout.

Lire la suite